Ski

25-05-2012 - AIGUILLE DE LA GRANDE SASSIÈRE

l' idée, c' était de partir du sommet de la gde sassière et non pas de l' épaule comme cela se fait d' habitude.

la semaine précédente lors de mon passage au couloir tiziana, j' avais regardé la face et cela semblait jouable.

malheureusement, une semaine plus tard, après un épisode chaud et une pluie à très hte altitude, le projet devient plus hasardeux. ( nous ne le verrons qu' une fois au pied de la face), avec MANU GROSS, copain du jour.

merci à lui pour sa motiv. et son éternelle bonne humeur.

hier 20.00 petite collation à courmayeur et nous posons le bus au fond du valgrisenche,

qu' est ce qu' on fait manu, il est 22.OO, on dort dedans et on avale tout demain d' une traite ou on monte ds la nuit au bezzi.

le fond du vallon est noir, des éclairs vers la savoie, mais la tempête semble passée, au final pas du tout, on montera sous la pluie, sans rien voir, tout sur le dos et 1H30 plus tard, à minuit nous arrivons détrempés à bezzi (ref. d' hiver bien sympa), minuit et demi au lit, 4.30 debout, c' est court !!!!!

ciel bleu regel correct, départ 5H30 ça monte plutôt vite et bien jusqu' au pied de la face, mais dès qu' on chausse les crampons, c' est blé, on s' enfonce au dessus du genou et la chaleur est insoutenable, pas un brin d' air, au total on mettra 4H30 depuis BEZZI pour sortir en montant rive gauche côté col de la petite sassière pour finir sous le sommet en cassant la corniche ( ce sera d' ailleurS manu qui s' y colle car les derniers mètres dans cette canicule que j' exècre m' ont carbonisé.

pour la première fois nous sommes cueillis par un petit vent froid, on s' habille et on file rapidement, la différence entre cette descente du sommet en partant main gauche par rapport à la classique c' est qu' elle est bien plus soutenue au départ (du bon 55 avec la corniche mais au bout de 300 m. elle se couche et devient alors plus débonnaire que sa classique voisine.

le bas est pourri et en boule, heureusement les vallons sont lisses et pas trop ramollis et ça file vite.

remise des peaux pendant 15 mn pour rejoindre bezzi, il reste des langues de neige sous le refuge et une heure plus tard nous sommes au camion.

retrouvailles au bar avec piergiorgio le patron de bezzi, monté avec la barmaid pour nous regarder depuis becca giazzon.

eh ben on était content d' y être, mais d' un avis commun, on est rarement rentrés aussi fatigués tous les 2.

merci MANU !!!!

comme toujours plus d' infos et photos sur MANU GROSS WORDPRESS
http://manugross.com/

ciao, ciao.....

© Coax Web Design